social twittersocial facebook

CONSEILLER MUNICIPAL DE TOULOUSE ET CONSEILLER COMMUNAUTAIRE DE TOULOUSE MÉTROPOLE

Investissement pour les transports en commun, la vérité révélée

Un comité syndical de Tisséo s’est tenu ce mercredi 25 mai avec, à l’ordre du jour, l’analyse du compte administratif de l’année 2015 et ce qu'il révèle est important.

Sans entrer dans le jargon complexe des finances publiques, rappelons qu’il est trois moments forts pour les finances d’une collectivité ou d'une institution publique : le Débat d’Orientation Budgétaire, le vote du budget et l’examen du compte administratif.

Le Débat d’Orientation Budgétaire constitue un préalable au vote du budget et consiste, comme son nom l’indique, en l’organisation d'un débat sur les grandes orientations budgétaires ainsi que sur les engagements pluriannuels de l'institution impliquant des incidences financières.

Le vote du budget doit quant à lui advenir avant le 15 avril. Ce document est présenté en deux sections principales à savoir une section d’investissement et une section de fonctionnement. Il doit toujours être voté en équilibre réel et sincère et donc faire apparaître des recettes égales aux dépenses. C’est un acte de prévision qui vise à présenter ce qui constitue les projets de la collectivité pour la ou les années à venir.

Le compte administratif, voté à la fin de l'exercice budgétaire, permet enfin de vérifier l'adéquation entre les intentions et les actes, entre les mots et la réalité. En effet, à la différence du budget le compte administratif n’est pas un document de prévision, mais bien un acte de vérification.

L'examen du compte administratif de Tisséo permet donc de savoir, par-delà les intentions, ce qui a réellement été engagé en faveur des transports en commun.

Particulièrement éloquent, il nous révèle qu'une fois de plus les engagements de la droite toulousaine ne coïncident pas avec son action et que la Municipalité ne se montre pas à la hauteur des enjeux importants pour les Toulousains.

De conférences de presse en campagnes de communication coûteuses, Jean-Luc Moudenc ne cesse d’expliquer que les transports en commun sont une priorité. Comment dès lors peut-il expliquer l’importante distorsion qui existe entre le budget primitif voté par Tisséo et le compte administratif ?
En effet, alors que 114 millions étaient inscrits au Budget primitif, seulement 68 millions d’euros d’investissements ont été réalisés et 12 le seront prochainement, ce qui laisse apparaître un différentiel de 34 millions d’euros.

Bien entendu, nous connaissons déjà l'une des explications malheureuses puisqu'il s'agit de l’abandon du prolongement de la ligne B du métro jusqu’à Labège, projet qui était pourtant essentiel pour désengorger notre agglomération. Mais ce renoncement brutal ne permet pas d'expliquer la totalité du différentiel et nul doute qu'il cache d'autres projets avortés.

Quoiqu'il en soit, pour véritablement mesurer l’ampleur du sommeil dans lequel la majorité municipale essaye d’entraîner Toulouse, il convient de rappeler qu’en 2014 ce sont plus de 129 millions d’euros d’investissements qui avaient été réalisés.

Rappelons encore que cette baisse drastique des investissements converge avec ce que nous avions déjà dénoncé à savoir la baisse de l’offre de surface, avec pour conséquence la suppression d’un bus sur cinq en heure de pointe sur 21 lignes, un parc diminué de 51 bus sur 593 ainsi qu'une baisse de 4% de l’offre kilométrique globale.

Dès lors, ma question est double : comment peut-on se proclamer favorable au développement des transports en commun et, dans le même temps, ne pas investir pour désengorger notre agglomération alors même que les budgets existent, preuve en est puisqu’ils avaient été votés par cette même majorité il y a moins d’un an ? S'il s'agit d'un changement de stratégie en la matière, la Municipalité peut-elle nous exposer sa nouvelle vision et ses solutions pour remédier à la problématique des embouteillages quotidiens ?

À mesure des révélations, le fossé entre les discours et les actes de la majorité de droite se creuse un peu plus chaque jour.

Romain Cujives
Conseiller municipal de Toulouse
Conseiller communautaire de Toulouse Métropole