social twittersocial facebook

CONSEILLER MUNICIPAL DE TOULOUSE ET CONSEILLER COMMUNAUTAIRE DE TOULOUSE MÉTROPOLE

Monsieur Moudenc vite, prolongez la ligne B !

Pas une semaine, pas un jour ne se passe sans que le problème des encombrements de l’agglomération toulousaine ne se trouve au cœur du débat public.

La remarquable campagne du SICOVAL de cette semaine en est l’exemple le plus concret.

Cette question doit être abordée avec un double objectif.

Le premier, celui de régler au plus tôt les problèmes concrets auxquels sont confrontés les habitants de l'agglomération.

Le second, celui de préparer notre aire urbaine aux décennies futures en anticipant les évolutions démographiques et techniques tout en maîtrisant les enjeux budgétaires.

Pour résoudre cette problématique devenue lot quotidien de nombre d'administrés, la majorité municipale n'évoque désormais que la seule création d’une troisième ligne de métro laquelle, non financée à ce jour, ne pourrait se concrétiser qu'en 2030, et ce, dans la meilleure des conjonctures.

Il est inacceptable que la réponse apportée aux habitants et aux salariés de notre agglomération, chaque jour inexorablement pris au piège dans des embouteillages sans fin au détriment de leur qualité de vie professionnelle et familiale, soit une hypothétique troisième ligne de métro envisagée à un horizon si lointain.

C'est maintenant qu'il faut agir !

Les problèmes de circulation ne peuvent être suspendus à d'énièmes tergiversations de la part de Jean-Luc Moudenc et de ses équipes, il convient d’agir sans délai sous peine d’être comptable de la future dégradation des conditions de vie des habitants de notre aire urbaine.

Une autre solution existe, elle est connue, les études sont réalisées, les conclusions de l’enquête publique sont favorables. Plus encore, le projet est financé et pourrait voir le jour d'ici 5 ans. Cette réalité serait particulièrement bénéfique pour la circulation et constituerait également un formidable levier de création d’emplois et de développement économique.
C'est une échéance qui représente au minimum 10 ans de gagné sur le projet de troisième ligne de métro, 10 ans à multiplier par le nombre d'heures sacrifiées dans des voitures à l'arrêt pour mesurer le gain de temps et de sérénité pour nos concitoyens. Cette solution existe, c’est le prolongement de la ligne B vers Labège.

Les deux projets ne sont pas alternatifs ni exclusifs l'un de l'autre. Nous le voyons bien, loin de s’opposer, ils pourraient même s'avérer complémentaires. Mais soyons clairs : les Toulousains comme les habitants et les travailleurs de l’agglomération ne peuvent attendre 2030 pour espérer entrevoir une issue à leurs difficultés d’aujourd’hui. Il faut agir immédiatement et lancer le prolongement de la Ligne B.

Romain Cujives

Conseiller municipal de Toulouse
Conseiller communautaire de Toulouse Métropole