social twittersocial facebook

CONSEILLER MUNICIPAL DE TOULOUSE ET CONSEILLER COMMUNAUTAIRE DE TOULOUSE MÉTROPOLE

Troisième ligne de métro : halte à la spéculation immobilière

Alors que la mise en service du métro interviendra au mieux dans 8 ans, les prix de l’immobilier grimper en flèche, et les prospecteurs fonciers entrer en action. Il faut proposer des solutions pour éviter la spéculation immobilière autour de la troisième ligne de métro, retrouvez ici les miennes. 

Aux 7 deniers comme dans d’autres secteurs de notre Métropole, c’est une véritable spéculation immobilière qui s’engage, et qui risque de faire deux victimes : les Toulousains issus des classes moyennes et populaires qui ne pourront plus aussi facilement accéder à ces quartiers d’une part, et les actuels riverains d’autre part.

Ces derniers sont susceptibles d’assister à la densification anticipée de leurs quartiers, sans solution de transports performante avant la mise en service de la 3e ligne de métro. Imaginez un peu : nuisances liées au futur chantier du métro, et augmentation générale de la circulation générée par la croissance de la population induite par la densification des quartiers. Nous avons là les ingrédients d’une opposition potentielle entre les riverains historiques et les nouveaux habitants de nos quartiers, susceptible de nuire durablement au développement de la ville bienveillante et résiliente que nous appelons de nos vœux.

Monsieur le Président, chers collègues, la 3e ligne de métro n’est pas un simple projet d’infrastructure de transport, aussi dimensionnant soit-elle pour notre métropole. Il s’agit d’un véritable projet de territoire, qui allie bien transports et urbanisme. C’est du moins le souhait que j’exprime devant vous aujourd’hui, et qui conditionne la réussite de ce projet. A ce titre, comment ne pas regretter que ces 5 dernières années n’aient pas été utilisées pour mettre au point, concomitamment aux premières études du métro, de véritables projets urbains pour chaque quartier concerné par une nouvelle station ? Un projet urbain, ce n’est pas un gros mot. Ce n’est pas davantage une simple esquisse des fonctionnalités à garantir au droit des futures stations.

Il s’agit bien de définir avec les riverains, à l’échelle de la zone d’influence de la future station, quelles rues nécessitent une requalification, quels secteurs sont susceptibles d'accueillir des équipements publics complémentaires, quels périmètres doivent être préservés, et quels sont ceux qui pourraient favorablement être densifiés…

J’aurai l’occasion de m’exprimer plus en détail à l’occasion de l’enquête publique qui se déroule actuellement, mais je veux partager avec vous dès aujourd’hui ma grande surprise méthodologique. Soit les quartiers concernés par les futures stations n’ont pas fait l’objet d’études urbaines de bon niveau, et il y a là une impasse majeure dans la conduite du projet de la 3e ligne de métro. Soit les quartiers ont bien bénéficié d’une analyse prospective, mais celle-ci n’a pas été pleinement versée au débat public, ce qui sous-entend que vous ne souhaitez pas assumer devant les riverains les perspectives de mutation de leurs quartiers.

Il y aurait alors un défaut patent de concertation, et une volonté assumée de cacher des éléments aux habitants de notre métropole, ce qui serait plus grave encore.

Chers collègues, il ne s’agit pas aujourd’hui de contester l’opportunité d’étendre le périmètre de sursis à statuer dans le quartier des 7 deniers, bien au contraire. Je considère toutefois qu’à ce stade, les outils déployés par la Métropole ne permettent pas de donner une pleine visibilité sur l’évolution attendue des quartiers concernés par la 3e ligne de métro. J’en appelle donc à notre sens collectif des responsabilités : nous devons barrer la route à ceux qui spéculent aujourd’hui sur la mutation non maîtrisée de notre territoire.

Pour cela, il faut à la fois des outils de régulation – nous pouvons aller plus loin que ce qui est proposé aujourd’hui – et une vision partagée avec les habitants de la métropole. Celle-ci implique débat et transparence, et en la matière nous sommes encore loin du compte.  

 

 

Romain Cujives
Conseiller municipal de Toulouse
Conseiller communautaire de Toulouse métropole

                                                                              Mes propositions sur mon site internet : un chemin pour Toulouse