social twittersocial facebook

CONSEILLER MUNICIPAL DE TOULOUSE ET CONSEILLER COMMUNAUTAIRE DE TOULOUSE MÉTROPOLE

Non à la privatisation du Capitole !

Lors du Conseil municipal du vendredi 23 juin 2017, par la volonté de la majorité municipale et malgré notre vive opposition, une délibération a été votée afin d’autoriser la privatisation des salles du Capitole.

Le Maire et sa majorité voient ainsi dans la salle des Illustres, la salle Gervais et la salle Henri Martin une nouvelle manne financière et des perspectives de recettes qui viendront s’ajouter aux produits de la fiscalité locale ainsi qu’à ceux de la nouvelle tarification en hausse des transports en commun, des cantines ou encore des CLAE.

Nous ignorons tout de l’utilisation envisagée pour ces nouvelles recettes, des recettes qui s’additionnent sans que jamais ne soient énoncés les projets qu’elles pourraient permettre de financer.

Au-delà du flou qui prive de sens l’ensemble de ces décisions, la commercialisation des salles prestigieuses du Capitole n’est pas sans poser question. Déjà sur ce site internet, j’ai eu l’occasion de préciser que je ne suis pas par principe hostile à ce que certains éléments du patrimoine culturel, par exemple des musées, puissent être ouverts à la location à titre exceptionnel et dans des conditions strictes, dès lors que les fonds récoltés permettent de contribuer à leur entretien et à leur modernisation. De la même manière, le recours au mécénat peut constituer un moyen efficace d’accroitre les facultés d’action de la sphère culturelle sans alourdir la pression fiscale. Ce type de partenariat public-privé est donc parfaitement envisageable s’il est entouré de garanties suffisantes permettant d’assurer l’indépendance artistique des institutions concernées.

À cet égard, je n’avais pas manqué de faire remarquer à la majorité municipale que la délibération autorisant le mécénat était insuffisamment protectrice de la liberté des artistes et des institutions culturelles.

Pour autant, tout n’est pas équivalent. Il est essentiel de rappeler que le site actuel du Capitole a accueilli dés le 12ème le siège du pouvoir municipal. Aujourd’hui encore, il demeure le lieu où siège le Conseil municipal, il abrite le bureau du Maire et ceux de ses adjoints ainsi que des services municipaux ouverts aux citoyens. C’est encore le lieu où sont célébrés les mariages. Avant toute autre chose, il constitue donc « la maison commune des Toulousains » où sont prises les décisions importantes pour notre ville et où s’exerce la démocratie locale. En autorisant la privatisation de ce lieu, la majorité municipale commet selon moi une véritable faute politique.

À l’heure où les institutions républicaines sont questionnées voire délégitimées, cette marchandisation est particulièrement choquante car elle porte atteinte à l’identité de l’institution, affaiblissant du même coup ses fonctions premières, sa symbolique, l’autorité qu’elle doit incarner et le respect qu’elle doit inspirer.

Si un certain nombre de partenariats sont envisageables, la Mairie de Toulouse appartient à tous les Toulousains qui doivent pouvoir s’y rendre et en jouir sans entrave et qui ne peuvent souffrir le risque de voir des entreprises privées user à outrance de la splendeur du patrimoine toulousain pour servir leur image et leurs intérêts. 

Dans un contexte où les inégalités croissantes appellent par ailleurs à la décence et à la sobriété, la course aux recettes ne saurait tout justifier.

Romain Cujives
Conseiller municipal de Toulouse
Conseiller communautaire de Toulouse Métropole